Bornes et cabines connectées : solutions pour démocratiser la téléconsultation

Bornes et cabines connectées : solutions pour démocratiser la téléconsultation

La téléconsultation en France a connu un déploiement progressif, accélérée par la crise sanitaire mais avec des usages difficiles à pérenniser. Une des solutions pour développer les usages et apporter une réponse aux difficultés d’accès aux soins pourrait être la généralisation des bornes ou cabines de téléconsultation. Décryptage de cette tendance.

Avant toute chose il convient de rappeler que la télésanté permet l’accès à distance d’un patient à un professionnel de santé ou à une équipe médicale. Elle est composée de 2 domaines d’activités : la télémédecine pour les activités réalisées à distance par un professionnel médical et le télésoin pour les activités réalisées à distance par un pharmacien ou un auxiliaire médical.

Pour la téléconsultation, le Ministère de la Santé et de la Prévention, rappelle qu’il s’agit d’une « consultation à distance entre un professionnel médical (un médecin, une sage-femme, un chirurgien-dentiste) et son patient via l’utilisation des technologies de l’information et de la communication. Il est recommandé par la HAS que les téléconsultations soient réalisées par vidéotransmission. » (1)

Au-delà de la téléconsultation simple, à savoir une consultation médicale à distance directement avec un professionnel de santé, il est possible de réaliser une téléconsultation accompagnée qui permet à un patient d’être assisté d’un infirmier(e) ou d’un pharmacien(ne).

Ministère de la santé et de la prévention

Des usages qui peinent à décoller

Depuis septembre 2018, les téléconsultations réalisées dans le cadre du parcours de soin bénéficient d’un remboursement par l’Assurance Maladie. Jusqu’à la crise sanitaire, le bilan était mitigé avec un faible niveau d’actes enregistrés.

Pour faire face à la pandémie, les usages ont été accélérés, notamment avec l’ouverture du cadre réglementaire et la possibilité d’utiliser de multiples outils de visioconférences (Whats app, Face time, Zoom…).

Depuis fin 2020 les usages ne se sont pas pérennisés pour enregistrer à fin 2021 seulement 5% des consultations médicales réalisées à distance.

Institut éconimique Molinari

Bornes et cabines : une solution pour la gestion des flux patients

Un des enjeux aujourd’hui est de déployer cette pratique de télémédecine sur tout le territoire, auprès de tous les Français. Pour y contribuer émergent des bornes et cabines de téléconsultation. Un des principaux avantages de cette pratique est de fluidifier le flux et parcours patient ainsi que faire gagner du temps au praticien.

Concrètement, dans des maisons de santé, des EHPAD ou autres établissements de santé, ces solutions permettent deux types d’usages :

  • recueillir un certain nombre de constantes en amont d’une consultation médicale (bilan autonome) permettant de dégager du temps qualitatif pour l’échange soignant-soigné.
  • réaliser une téléconsultation avec un praticien en visioconférence

On peut citer comme exemple la cabine H4D qui propose un espace fermé pour garantir la confidentialité des échanges, des objets connectés pour réaliser la prise de constante et un écran de visioconférence pour échanger avec un médecin.

A noter que ce type de cabines se déploient également progressivement dans le cadre de la médecine du travail pour le suivi de la santé des salariés.

This is a sample text. You can click on it to edit it inline or open the element options to access additional options for this element.

Une réponse pour faciliter l’accès aux soins

Dans le cadre de la lutte contre les déserts médicaux et afin de faciliter l’accès aux soins, depuis septembre 2019, le déploiement de la téléconsultation en officine permet l’accès aux téléconsultations à l’ensemble de la population et bénéficier du maillage territorial des pharmacies. On observe ainsi le déploiement de bornes ou cabines de téléconsultation, respectant un cadre réglementaire précis (3) :

  • Les téléconsultations doivent obligatoirement être réalisées par vidéotransmission dans des conditions permettant de garantir la sécurisation des données transmises et la traçabilité des échanges.
  • Le pharmacien doit disposer d’un local fermé pour mener cette activité, de façon à garantir la confidentialité des échanges et l’intimité des patients.
  • Ce local doit disposer des équipements nécessaires, adaptés aux situations cliniques des patients, afin de garantir la réalisation d’une téléconsultation de qualité.

Comme l’indique l’Assurance Maladie, « le pharmacien a pour rôle d’assister le professionnel de santé dit le « téléconsultant » dans la réalisation de certains actes participant à l’examen clinique et éventuellement d’accompagner le patient dans la bonne compréhension de la prise en charge proposée. » (4)

Les acteurs de ce marché développent différents formats pour s’adapter à toutes les tailles d’officines tout en permettant le respect du cadre réglementaire. Par exemple, un des leaders du marché, l’entreprise Medadom propose des cabines, bornes ou consoles ergonomiques pour déployer la téléconsultation dans toutes les officines.

Cabine de téléconsultatoin MEDADOM

En dehors des officines, on observe l’implantation de ces solutions connectées dans des lieux publics, des collectivités locales, des centres commerciaux et même dans certaines grandes surfaces. A titre d’exemple, l’enseigne Monoprix propose des cabines de téléconsultation dans certains supermarchés, en partenariat avec la société Tessan.

Le mode de fonctionnement

Le parcours de soin via ces solutions connectées est assez simple. Il suffit de prendre rendez-vous en ligne (via site web ou application mobile) avec une solution proposée dans votre maison de santé ou pharmacie.

Une fois installée dans une cabine ou borne de téléconsultation, le patient s’identifie avec sa carte vitale. Le praticien accompagne alors le patient en visioconférence pour prendre les constantes physiologiques et les examens médicaux nécessaires en utilisant les objets connectés qui équipent la solution : tensiomètre, stéthoscope, dermatoscope, otoscope, thermomètre, balance, oxymètre…

A l’issue de la téléconsultation, si cela est nécessaire, le praticien délivre une ordonnance et un rapport au médecin traitant.

En conclusion, le déploiement des bornes ou cabines de téléconsultation doit favoriser les usages autour de la télémédecine sur l’ensemble du territoire.

(1) Télésanté : pour l’accès de tous à des soins à distance – Ministère de la Santé et de la Prévention – Mai 2022

(2) Le recours à la téléconsultation Et à la téléexpertise : quel impact Économique attendre en france ?- Institut Economique Molinari – Janvier 2022

(3) Convention nationale des pharmaciens signée le 9 mars 2022 – Article 6

(4) La télémédecine : assistance à la téléconsultation en officine – Ameli.fr – Mai 2022

HAUT Appelez nous